Mandat et historique

Le Théâtre de l’Opsis s’est donné en 1984 la double mission de porter un regard neuf sur les textes classiques et de faire découvrir des textes d’auteurs contemporains étrangers aux spectateurs québécois. Afin de permettre une recherche dramaturgique plus poussée, Luce Pelletier, directrice générale et artistique de la compagnie depuis 1994, a mis en place des cycles artistiques d’une durée de quatre ans.

Le travail de la compagnie est caractérisé par une volonté d’offrir des spectacles hautement achevés sur le plan artistique. Le Théâtre de l’Opsis crée des textes qui portent une véritable réflexion sur la vie, sur l’art; des textes denses qui exigent une importante période de recherche et d’exploration.

À une époque où le théâtre est de plus en plus tourné vers l’image, le Théâtre de l’Opsis tient à donner priorité à la parole d’auteurs et la direction d’acteurs.

Un théâtre qui refuse la gratuité, où la forme est au service du contenu et non l’inverse. Un théâtre où la théâtralité ne se dissimule pas, mais s’affiche!

Le Théâtre de l’Opsis amorce en 2015 son Cycle scandinave, avec la pièce Bientôt viendra le temps de Line Knutzon et les Lectures Scandinaves. Après avoir revisité Peer Gynt d’Henrik Ibsen sous la gouverne d’Olivier Morin en janvier 2017, l’an 3 sera marqué par deux œuvres résolument modernes, Les enfants d’Adam, Audur Ava Ólafsdóttir présentée jusqu’au 8 octobre et J’appelle mes frères, de Jonas Hassen Khemiri, présenté en tournée du 22 mars au 3 mai 2018.  À travers ses cycles de recherche, la compagnie provoque la réflexion sur la rencontre avec l’Autre.