PEER GYNT d’Henrik Ibsen


Peer Gynt_ban2

Peer Gynt

Du 30 janvier au 19 février 2017

Une production du Théâtre de l’Opsis en codiffusion avec le Théâtre de Quat’Sous

Texte: Henrik Ibsen

Adaptation et mise en scène: Olivier Morin

Direction artistique: Luce Pelletier

Distribution : Christophe Baril, Émilie Bibeau, Kim Despatis, Sébastien Dodge, Steve Gagnon, Caroline Lavigne, Olivier Morin et Guillaume Tremblay


Costumes :  Julie Breton

Maquillage : Justine Denoncourt

Musique :  Navet Confit

Lumière :  Marie-Aube St-Amant Duplessis

Assistance à la mise en scène et régie: Nicola Dubois

 

Synopsis :

Peer Gynt, jeune rêveur et menteur compulsif, vagabonde autour du monde en multipliant les plans aux conséquences désastreuses. Bouffonade philosophique, féérie tournant en débâcle, le récit de ses mésaventures décape l’idée universelle qu’on puisse être vraiment soi-même.

 

Présentation générale du projet :

Pour s’attaquer à cette épopée improbable, le Théâtre de l’Opsis, dans le cadre de son Cycle scandinave, fait appel à Olivier Morin, porteur éloquent de la démesure et de la digression. Avec lui, cette fable de Ibsen datant du XIXe siècle, se révèle une explosion d’humour noir sur la jeunesse, l’amour et la soif de vivre; un monde sans pitié peuplé de rennes sauvages, de paysans nordiques, de danseuses marocaines. … et de trolls!

Présentation générale de l’œuvre :

Peer Gynt (1867), poème épique portant sur la jeunesse et la quête de vérité, est pétrie de non-conformisme et prend racine au sein de nombreuses légendes scandinaves. Au moment où Henrik Ibsen (1828-1906) élabore son œuvre, les Norvégiens vivent littéralement courbés sous leurs ombres, captifs du joug conformiste d’une église intransigeante. Ibsen arrive alors comme l’écrivain infidèle, porteur des idéaux de son peuple assoiffé de lumière. Dans ce contexte, on comprend pourquoi Ibsen souhaitait son Peer Gynt populaire et accessible. Olivier Morin prend ce vœu à cœur et traduit cette fable norvégienne avec les mots de chez nous. L’œuvre entière d’Ibsen fut longtemps le porte-étendard des valeurs norvégiennes. Encore aujourd’hui, elle jouit d’une redoutable modernité.

 

Une production du Théâtre de l’Opsis en codiffusion avec le Théâtre de Quat’Sous