J’appelle mes frères


 

J’APPELLE MES FRÈRES

De Jonas Hassen Khemiri  Traduction de Marianne Ségol

Présentée en tournée du 22 mars au 3 mai 2018

Mise en scène Luce Pelletier

Distribution : Jasmine Bouchardy, Fayolle Jean Jr, Anglesh Major et Cynthia Trudel

Une production du Théâtre de l’Opsis créé en collaboration avec le Réseau Accès culture

Il suffit d’une explosion dans J’appelle mes frères. Pas une bombe nucléaire, pas l’attaque du World Trade Center. Mais pour Amor, tout bascule. Il n’a pas posé cette bombe, elle ne l’a pas blessé, il n’y était même pas. Mais voilà, tout le monde s’imagine que c’est lui qui l’a fait sauter. Le regard des autres déconstruit lentement l’univers autour de lui. Il devient tous les recherchés, les ennemis, il entre dans l’anonymat des coupables. J’appelle mes frères raconte 24 heures de la vie d’un homme ordinaire qui se croyait bien tranquille dans une ville ordinaire.  Mais dont la seule faute, comme tous ses frères, est d’avoir le visage d’un poseur de bombe.

Né d’un père tunisien et d’une mère suédoise, l’auteur Jonas Hassen Khemiri s’intéresse à la question de l’altérité et de l’identité. Dans J’appelle mes frères, son écriture rythmée et polyphonique déploie un texte saisissant et d’une vertigineuse actualité qui soulève brillamment des questionnements liés aux sentiments d’exclusion et d’appartenance. Aujourd’hui, dans un Québec qui s’interroge de plus en plus sur l’intégration de ses immigrants, le texte de Khemiri prête la voix à un besoin criant de s’interroger et de réfléchir, ensemble, sur notre identité plurielle, complexe et souvent conflictuelle.